AccueilPortailFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion
Réouverture du forum, nouveau design, nouvelles races, nouvelle carte, changement du règlement. Et amusez-vous !
Toutes les nouveautés du forum vous sont signalez dans la partie "Nouveauté & Annonce", situé sur l'entête du forum, à laquelle nous vous demandons de rester attentif. Merci.
Nouveaux chapitres de l'Histoire Haewen disponible et achevé dans la bibliothèque.
La liste complète et détaillé des métiers est désormais disponible dans la bibliothèque.

Partagez | 
 

 Nenti, Peuple Kérol

Aller en bas 
AuteurMessage
Gaoth
Gardien Esprit du Vent
avatar

Messages : 151
Date d'inscription : 08/08/2009
Age : 25
Localisation : Partout et nul part

Feuille de route
Race: Gardien du vent
Clan: aucun
Métier: vous pourrir la vie ?

MessageSujet: Nenti, Peuple Kérol   Dim 20 Fév - 18:40





Sommaire

* Histoire par les Tibles sacrée et historique Kérol.

Chapitre premier :
Le commencement du monde, extrait de la Tible sacrée.

Chapitre second :
Le commencement de la civilisation Kérol, extrait de la Tible sacrée.

Chapitre troisième :
Ô peuple maudit !, extrait des Tibles Historiques.

* Mode de vie Kérol.





Dernière édition par Gaoth le Dim 20 Fév - 19:42, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://oileain-haewen.forumactif.com
Gaoth
Gardien Esprit du Vent
avatar

Messages : 151
Date d'inscription : 08/08/2009
Age : 25
Localisation : Partout et nul part

Feuille de route
Race: Gardien du vent
Clan: aucun
Métier: vous pourrir la vie ?

MessageSujet: Re: Nenti, Peuple Kérol   Dim 20 Fév - 18:51

* Histoire par les Tibles sacrée et historique Kérol.



Chapitre premier :
Le commencement du monde, extrait de la Tible sacrée

Chapitre second :
Le commencement de la civilisation Kérol, extrait de la Tible sacrée

Chapitre troisième :
Ô peuple maudit !, extrait des Tibles Historiques


Dernière édition par Gaoth le Dim 20 Fév - 19:01, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://oileain-haewen.forumactif.com
Gaoth
Gardien Esprit du Vent
avatar

Messages : 151
Date d'inscription : 08/08/2009
Age : 25
Localisation : Partout et nul part

Feuille de route
Race: Gardien du vent
Clan: aucun
Métier: vous pourrir la vie ?

MessageSujet: Re: Nenti, Peuple Kérol   Dim 20 Fév - 18:52

Chapitre premier :
Le commencement du monde





« Au commencement du monde, il n’y avait rien. Seulement le néant et l’obscurité.
Puis un jour, semblable à tous les autres, au milieu de cette noirceur, un grain de sable s’éveilla. Peu à peu, son éclat s’intensifiait repoussant la nuit. De cette lumière naquit Dieu.
Durant des siècles, Dieu veilla sur le grain de sable, dont il était sortit, sans que jamais rien ne se passe.
Mais un jour, semblable à tous les autres depuis que le grain de sable éclairait la solitude de Dieu, la lumière commença à perdre de sa brillance et le grain de sable ternie. Dieu le pris alors aux creux de ses mains protectrices et, joignant ses doigts comme un coquons le regarda s’éteindre impuissant. Dans une grande mélancolie, les ténèbres l’envahissaient de nouveau. Quand le dernier rayon disparue doucement entre ses doigts, une larme tomba sur le grain de sable et donna vie à la Terre. »


Extrait de la Tible Kérol, « Le commencement du monde », par le frère Baïan Arnoul.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://oileain-haewen.forumactif.com
Gaoth
Gardien Esprit du Vent
avatar

Messages : 151
Date d'inscription : 08/08/2009
Age : 25
Localisation : Partout et nul part

Feuille de route
Race: Gardien du vent
Clan: aucun
Métier: vous pourrir la vie ?

MessageSujet: Re: Nenti, Peuple Kérol   Dim 20 Fév - 18:54

Chapitre second :
Le commencement de la civilisation Kérol





« Au commencement de la Terre, Dieu plaça le grain de sable en son centre, battant comme un cœur afin de générer la vie. Avec son sang, il l’enveloppa d’un feu protecteur, qui ne lui ferait jamais perdre de sa luminescence face à la nuit.
D’une phalange, il fit jaillirent de terre les îles et les continents, les rochers et les chaînes de montagnes aux hauts monts, qui s’élevaient à travers les nuages et tutoyaient le ciel.
D’une dent, jaillirent la végétation et s’enracinèrent les arbres, apportant oxygène et vie.
Sa respiration fit souffler les vents à travers les contrées, colportant les semences des plantes, étendant l’existence végétale.
De la larme qui avait touché le grain de sable, montèrent les mers et les océans, partant serpenter dans les terres en fleuves et en rivières.
Avec son cœur, il donna existence aux animaux.
Au sixième jour, de sa chair et du sable, d’où il était lui-même sortit, Dieu créa Aram et Lidith.

Lidith se comportait comme l’égal d’Aram, le chevauchant avec passion lors de leurs folles nuits. Dieu ne pouvait accepter cela. Il chassa Lidith de l’Eden, et c’est ainsi qu’avec sa haine, elle devint la reine des Enfers.

Dieu désirait une femme soumise à l’homme. C’est pour cela que, durant le sommeille d’Aram, Dieu lui préleva une côte et, avec le sable d’où il était sortit, il créa Evril.

Hélas, séduite par le serpent Na’Hash, vil serviteur de Lidith, Evril goûta au fruit interdit : celui de la connaissance du bien et du mal. En toute bonté, Evril donna le fruit à Aram.
Un morceau resta même coincé dans sa gorge en signe de sa cupidité et de sa désobéissance à Dieu.
Furieux, Dieu les chassa de l’Eden et condamna Evril à enfanter dans la douleur et Aram à gagner sa pitance par la sueur de son front. »


Extrait de la Tible Kérol, « Le commencement de la civilisation Kérol », par le frère Baïan Arnoul.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://oileain-haewen.forumactif.com
Gaoth
Gardien Esprit du Vent
avatar

Messages : 151
Date d'inscription : 08/08/2009
Age : 25
Localisation : Partout et nul part

Feuille de route
Race: Gardien du vent
Clan: aucun
Métier: vous pourrir la vie ?

MessageSujet: Re: Nenti, Peuple Kérol   Dim 20 Fév - 18:55

Chapitre troisième :
Ô peuple maudit !





« Tu ne tueras point. »

Extrait des commandements de la Tible Kérol.

« Caïn est l’aîné des fils d’Aram et d’Evril, il est laboureur et cultive la terre. Abel, son cadet, élève les troupeaux. Dieu le veut, tout deux ont le devoir de lui faire offrande de leur labeur. Caïn lui donna les fruits de la terre, cultivé par la sueur de son front. Abel lui livra les premiers-né de son troupeau de mouton ainsi que leur graisse.
Dieu regarda avec faveur les offrandes d’Abel, mais non celles de son aîné.
Jaloux, Caïn tua son frère alors qu’il était aux champs. »

Extrait de la Tible Kérol « Et Caïn tua Abel », par le frère Baïn Arnoul.



An de grâce 1200


« Dans sa miséricorde, Dieu épargna Caïn mais ne cessa de le surveillé du haut des cieux.
C’est ainsi qu’est inscrit dans les Tibles sacrées l’histoire du premier meurtre de l’Humanité. Dieu aurait-il dut tuer Caïn pour son fratricide ? Bon nombre de fidèle nous ont posé la question. Car si Caïn eut été tué par Dieu, peu être l’histoire ne se serait elle pas répéter ? En tant que frère, je ne peux qu’écarter ses questions car Dieu n’a fait que respecter un de ses plus purs commandements.
En tant qu’historien, je ne peux que remonter aussi loin que le permettent nos plus vieux textes dans l’histoire. Nos Rois disent tenir leur pouvoir de l’esprit divin, mais ils ne respectent pas sa volonté. Les guerres et le sang souille son nom et notre mémoire et nous ne pouvons hélas rien contre cela.
Dieu met notre fois à l’épreuve ! Puisse-t-il me pardonner car je crois avoir perdu la mienne. Puisse-t-il me pardonner pour ce que je m’apprête à faire, notre suzerain doit entendre l’appel de son peuple qui le maudit en silence. »

Extrait des dernières pages du journal du Frère Baïan Arnoul. Il mena une marche devant le palais de son roi pour faire entendre le mécontentement du peuple. Mais il fut arrêté, jugé et brulé sur la place publique en compagnie de deux meneurs du peuple, accusé d’avoir été séduit par Lidith, passant sous silence toute sa vie de dévotion à Dieu.


An de grâce 1240


« Nous vivons une période de trouble. Dire tout haut ce que tout le monde pense tout bas devient de plus en plus dangereux. Les frères pensent que mon prédécesseur était fou, qu’il avait le diable au corps. Ils ont appuyé la demande de faire entrer les dernières pages de son journal dans les Tibles historiques pour se laver de cette ignominie.
De plus en plus de crieur royal lise ces lignes en publique, présentant le frère Arnoul en criminel pour montrer l’exemple et dissuader le peuple, alors qu’il faut le présenter en martyr.
Le Roi prend la populace à la gorge et elle a peur. Dans les rues un seul mot monte et gronde beaucoup plus fréquemment : « sorcière ! ». Les gens n’acceptent pas la différence et les trouble fêtent et ils le montrent ! Ils brulent toute personne suspecté de pratiquer la magie, ou d’attenter au Roi. L’odeur acre de la fumée des corps et les cris des victimes emplissent les rues, faisant cauchemarder les enfants. Le peuple Kérol sombre et le Roi ne fait rien.
Ce peuple est maudit. Abandonné de Dieu et des hommes. Maudit de tous. »

Extraits du journal du frère Léandre Niser, successeur du frère Baïan Arnoul. Il fut retrouvé pendu dans sa cellule, mais ses mémoires restèrent in trouvés après son jugement pour parjure.



An de grâce 1245


« « Pour pallier à ce qu’ils ne pouvaient expliquer, les Kérols ce sont inventé un Dieu. Dieu unique et tout puissant, créateur du ciel et de la terre et de toutes choses. Toutes personnes désapprouvant ces croyances sont considéré comme sorciers, hérétiques et brulés en place public. »
Voila ce que mon père m’a toujours appris, bien qu’il m’ait confié sur son lit de mort qu’il eut été un digne représentant de ce Dieu autrefois, avant que tout ne devienne clair à ses yeux. Avant qu’il n’entende les mots du journal du frère Arnoul, et qu’il ne découvre celui du frère Niser. Cet homme, il m’en avait parlé. Devenu frère car il était le cadet, il n’avait jamais cru en ce Dieu qui n’avait jamais répondu à ses prières pour sauver sa mère et sa sœur. Les paroles du frère revenues à l’esprit de mon père lorsqu’il trouva son journal lui avait suffit.
Je déplore qu’il ne soit plus parmi nous pour voir le couronnement du nouveau Roi, qui a sut toucher le cœur du peuple.

Cela fais cinq ans qu’il règne et le peuple meurt toujours de faim. La criminalité n’a jamais été aussi grande et les geôles aussi remplient. Comme tous les autres il nous a mentit ! Comme le disait le frère Arnoul et le frère Niser avant mon père, notre peuple est maudit…

Un nouveau jour se lève et la faim creuse toujours nos estomac. Nel est venu me voir ce matin me disant qu’il y avait du mouvement près du port. Des masses noires de navires marchands se dressaient par dizaine sur l’eau. Les marins criaient des ordres sur les ponts. Il ne nous à pas fallut longtemps avant de comprendre : les prisons se vidaient, mais nous ignorions où était envoyé les prisonniers, jusqu'au jour où un marin ayant abusé de la bouteille nous a tout révélé. »

Extrait du journal du frère Léandre Niser, poursuivis par Edwin Hod junior fils de l’ancien frère Edwin Hod.



Vérité


« Sur le continent, les geôles ne cessaient de se remplir, sans cesse accablées de misérables, souvent récidivistes à leur sortit, ou suintant de rats parvenant à s’en échapper. Mais bientôt, les prisons ne purent plus accueillir tous les hors la loi peuplant le continent. C’est pour cela qu’au lieu de prêter une oreille attentive au mécontentement de sa populace, le roi prit une décision drastique et sans appel : envoyer tous ces repris de justice sur une île loin de tous afin de préserver l’intégrité du système et de ses riches habitants.
Il dépêcha alors l’un de ses meilleurs matelots et le chargea de trouver l’endroit où il pourrait les envoyer tous.

L’île en question se trouvait à des milles et des milles du continent. Si loin que personne jusqu’à maintenant n’en soupçonnait l’existence.
Chargés comme du bétail les premiers ‘‘logements ’’ se vidaient peu à peu. Voyageant comme de la vulgaire marchandise bien de nombreux prisonniers n’atteignirent pas le sable vivant.

Sans aucun scrupule ni distinction, tous les rebuts de la société y furent envoyés. Hommes, femmes, enfants, vieillards… Aucune exception.
Allant du pire des assassins aux voleurs expérimentés, en passant par les petits délits mineurs causés par des malheureux qui n’avaient guère le choix pour subsister, sans oublier les filles de joie, les fous, les infirmes… Et bien évidement des personnes trop gênantes dont on voulait se débarrasser facilement.
Bien évidement les bagnards y étaient livrés à eux-mêmes, tantôt déchargés, tantôt repartit. Il n’y avait pas de bagne… Rien…. A par une profonde jungle hostile et inconnue. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://oileain-haewen.forumactif.com
Gaoth
Gardien Esprit du Vent
avatar

Messages : 151
Date d'inscription : 08/08/2009
Age : 25
Localisation : Partout et nul part

Feuille de route
Race: Gardien du vent
Clan: aucun
Métier: vous pourrir la vie ?

MessageSujet: Re: Nenti, Peuple Kérol   Dim 20 Fév - 18:58

* Mode de vie Kérol.

Mode de vie Nenti (peuple Kérol).




Le Continent est partagé en plusieurs royaumes, dirigé par un roi guerroyant souvent contre ces dit ennemis, afin d’agrandir son territoire et de faire prospérer son peuple.
En Kérolihamne, autour du roi et de sa famille, si l’on descend l’échelle sociale on retrouve, la Noblesse, vivant au château de leur seigneur. Après vient la bourgeoisie, fortuné, envieux, et adulant leur roi. Mais il n’est pas rare de retrouver des comploteurs dans ces hautes castes.
Arrive par la suite la garde royal, et la garde. Bien que faisant partit du peuple, leur salaire et le fait qu’ils se placent dans les bonnes grâces du roi les situe au-dessus du peuple. Or, s’ils deviennent invalides en revenant de la guerre, ils tombent bas, pire que de la vermine.
Puis vient le Serf, paysans au service du seigneur, les vilains, paysans libre, et enfin le peuple. Souvent ignoré et livré à lui-même.


Croyances :

Pour pallier à ce qu’ils ne pouvaient s’expliquer, à ce qu’il ne pouvait comprendre, pour répondre aux questions existentielles « D’où venons-nous ? Qui sommes-nous ? Et où allons-nous ? », les Kérols ce sont tourné vers les cieux et se sont inventé un Dieu. Dieu unique et tout puissant, créateur du ciel et de la terre. En son nom, ils ont bâti des édifices aux clocher tutoyant le ciel, toujours plus beau, toujours plus immense, dans leur course à la grandeur. Mais plus modestement que la célèbre Babel, destiné à rejoindre leur créateur. Pour que chaque foyer puisse se raccrocher à son nom, un livre sacré relatant la naissance de Dieu et da la terre, ainsi que sa vie, fut rédigé par chaque frère sachant lire et écrire : Les Tibles Kérol.
Bien évidemment, il y a toujours des impies, ceux qui disent noir alors que tout le monde dit blanc, que l’on leur ordonne de croire blanc ! Ceux aux croyances occultes, de Lidith ou d’un autre, ces voisins immigrants avec leur propre culture. Ces hérétiques-là sont considérés comme sorcier, soumis à la question et brulé en place publique, s’ils survivent.
Ainsi les impies bruleront en enfer, alors que les dévots seront touchés par la grâce du paradis.
La religion régit le cœur des hommes, leur conscience, mais aussi leur motif de guerre.


Rite funéraire :

Contrairement aux Haewens, les Kérols enterre leur mort dans de vaste cimetière, pour ceux en possédant les moyens, ou dans des tombeaux, au sein même de leur royale demeure. Seule les victimes d’épidémies sont brulé afin d’endiguer la propagation de la maladie.
Bruler un corps est considéré comme une hérésie car, quand viendra le jugement dernier, le défunt ne pourra se relever de sa tombe.
Ainsi, même exilé sur une île inconnue, les Kérols, dit Nentis, enterrerons leurs morts. Grand bien leur en fasse, cela servira d’engrais à la terre, mais il serait bon de ne pas le faire devant un Haewen, il leur déplairait de voir s’ériger dans leurs contrés un champ funeste de croix.


Les éléments :

Le haut peuple Kérol n’a qu’ure de l’importance des éléments sur leur vie. La pluie rend l’air maussade et empêche de sortir. Le vent apporte une brise fraiche en été et gonfle les voiles des bateaux. Le feu réchauffe les foyers en hiver. Quant à la terre, c’est là-dessus que repose leurs pieds !
Le petit peuple et surtout les paysans ont une plus grande conscience de ces forces de la nature. Bien que comme tous, ils les attributs à Dieu, bien qu’ils leur soir bénéfique, ou non, ils ne leur ont pas accordé plus de présence que le peuple Haewen.
Or, le peuple paysan vivant dans les terres reculées des grandes villes leur ont donné plus d’existence.
Ainsi le vent est surnommé le corbeau blanc, car il est important aux semences des récoltes, mais transporte mort et maladie. La terre est la bonne mère, celle qui nourrit et permet de vivre. Le feu est le chien de rage, car bien qu’il soit le meilleur ami de l’homme, surtout pendant le rude froid d’hiver, il est mort et destruction lorsque vient la rage de la guerre. Puis vient l’eau essentielle à la vie, des récoltes comme des villageois. Elle est l’écrevisse, la nymphe des eaux, tout aussi nourricière, mais symbolise l’interdit, car la pêche à l’écrevisse était surtout du braconnage.
Certainement que cette conscience de leur être du peuple Kérol est parvenu à l’esprit des Gardiens, lorsqu’ils sont revenus en Haewen sous une autre forme que celle de Dragons.


Les Dragons :

Portant un plus grand gout pour la destruction que ceux survolant les terres d’Haewen, les Dragons du continent sont considérés par ses habitants comme un fléau. Ils sont les démons des enfers envoyé par Lidith afin de les mettre à l’épreuve, et de toucher le Seigneur. Mais les Kérols ayant une grande méfiance pour tout ce qui est différent, et qu’ils ne comprennent pas, les ont considérés comme dangereux et malfaisant. Bien que ces créatures fussent sur les terres et dans le ciel bien avant la venue des premiers hommes, ils furent étiquetés comme bêtes à abattre. Ainsi les guerres entre homme et créature sont souvent de mise, les Dragons n’hésitant pas à aller jusqu’à l’enlèvement, donnant lieu à un haut défilé de valeureux chevaliers.
Alors que les créatures des cieux soit beaucoup moins nombreux sur le Continent, si un Kérol regarde vers les nuages, ce n’est pas uniquement pour prier leur Dieu, mais pour voir si les ailes noirs n’obstrue pas le soleil. Qu’ils en parlent aux nouvelles générations d’Haewen et ils leur riront certainement au nez, n’en ayant pas vu survoler leur île depuis quelques siècles.


Système monétaire :

Il n’est guère différent que celui des Haewens, mis à part son appellation, Kel, ainsi que son unité de valeur.
Les Kérols pratique aussi le troc, mais cela ne se pratique que parmi le petit peuple. Par conséquent, il les surprendra de voir cela s’exercer également dans les hautes castes chez le peuple Haewen.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://oileain-haewen.forumactif.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Nenti, Peuple Kérol   

Revenir en haut Aller en bas
 
Nenti, Peuple Kérol
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Feu Carlo Desinor disait les Haitiens Ce peuple à refaire
» QUE VAUT UN PEUPLE SANS MEMOIRE COLLECTIVE?
» Par Mario Barthelot la victoire du peuple
» Quel peuple terrien pour arda?
» Les drúedain et le peuple de Haleth

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Oileain Haewen :: Château Hors RP :: Présentez vos lettres de noblesse :: Bibliothèque-
Sauter vers: